LA GÉOLOGIE - Le Parc national du Teide - Tenerife

La géologie

Le Parc national du Teide
La géologie
Añadir al cuaderno de viajeEliminar del cuaderno de viaje
cerrar
Envoyer page par mail

En plein cirque de Las Cañadas, vous vous émerveillerez devant l'imposant paysage et la hauteur de l'énorme volcan. Les cônes, la poudre de silicium, les formes abruptes des environs qui se mélangent avec d'autres beaucoup plus douces formées par l'érosion... Même la terre que vous foulez mérite que vous vous penchiez pour la voir de plus près, la toucher et l'examiner. Vous pourriez vous perdre pendant des mois dans le Parc. En effet, la richesse géologique du Teide est infinie.

Il existe diverses théories sur l'origine de l'ensemble géologique au sein duquel se trouve le Parc national. Les deux théories les plus communément admises défendent la thèse de la formation de la Caldera de Las Cañadas à partir d'un glissement gravitationnel ou d'une caldera formée à la suite d'un effondrement.

Le cône gigantesque constitué aujourd'hui par le Teide est un volcan composite créé suite à d'innombrables éruptions successives dont les produits se sont superposés au fil des siècles.

Le cirque de Las Cañadas est formé par deux semi-calderas séparées entre elles par un alignement rocheux : les Roques de García. Ces derniers partent perpendiculairement des environs des sommets d'Ucanca et sont aujourd'hui l'un des éléments les plus caractéristiques et visités du Parc national. Dans l'espace qui sépare les deux semi-calderas se formèrent, vraisemblablement à l'ère quaternaire, les volcans jumeaux : le Pico Viejo ou Chahorra et celui du Teide. De ces deux volcans, le plus à l'ouest, le Pico Viejo, est le plus ancien et est couronné par un grand cratère de près de 800 mètres de diamètre à 3 134 mètres d'altitude.

Le Teide, plus récent, était apparemment couronné par le cratère de La Rambleta, bien qu'une éruption ultérieure entraînât en son intérieur l'apparition d'un nouveau cône de 150 mètres de haut environ, dénommé Pilón ou Pan de Azúcar. Ce cône est, quant à lui, couronné par un petit cratère de 80 mètres de diamètre : le cratère du pic du Teide.

Les paysages du Parc national ne présentent pas tous des formes pointues et abruptes, puisque l'érosion du vent et de l'eau en ont limé et adouci la superficie à de nombreux endroits. La sédimentation des éléments emportés par les eaux et le vent au fond des dépressions qui constituent le grand cirque en ont dénivelé certaines, entraînant l'apparition de Las Cañadas.

D'autres matériaux d'origine non volcanique ont également influencé l'orographie du parc. C'est le cas de la poudre de silicium ou de quartz, transportée depuis le désert du Sahara jusqu'ici par les vents du sud-ouest. On estime que cet apport peut osciller entre 25 et 40 grammes par mètre carré et par an, ce qui permet de se faire une idée de l'importance que ces matériaux ont pu acquérir au fil des siècles dans la formation des sols du Parc national du Teide.

Galerie multimédia