LE DÉBUT DE LA CONQUÊTE DES CANARIES - Les faits marquants - Tenerife

Le début de la conquête des Canaries

Le début de la conquête des Canaries
cerrar
Envoyer page par mail
Completa el captcha

Homère comme Hésiode parlaient dans leurs écrits des îles situées au-delà du détroit de Gibraltar, qu'ils appelaient les Hespérides. Elles étaient considérées comme un paradis sur terre et il s'agit vraisemblablement de l'une des premières références concernant l'existence de l'archipel canarien dans l'Antiquité. L'un des premiers témoignages fiables sur les îles provient de Pline qui, au Ier siècle, nous parle d'une expédition envoyée par le roi Juba de Mauritanie, dont les membres emportèrent en souvenir de cette aventure, d'énormes chiens desquels provient le nom de l'archipel : Canaries, de can ou canes, qui signifie chien(s) en latin. Par ailleurs, selon certains, les Phéniciens et les Romains, poussés par leurs intérêts commerciaux, débarquèrent aux Canaries lors de différents voyages d'exploration.

Le contact avec les îles Canariennes fut repris au XIVe siècle, à l'occasion de la visite de Lancelloto Malocello sur l'île de Lanzarote, duquel on croit que son nom provient. Le prince Louis de La Cerda obtint en 1344 une bulle épiscopale émise par le Pape Clément VI lui concédant l'autorité sur les îles Fortunées, complétée par le titre de prince de la Fortune. À titre de curiosité, il convient de souligner le fait que ce noble français ne put jamais se rendre aux Canaries.

Après ces timides tentatives d'approche de l'archipel, débuta une campagne militaire dans le but de conquérir les Canaries. Cette conquête dura presque un siècle, de l'arrivée de Jean de Béthencourt sur l'île en 1402 à l'apogée du processus de colonisation, en 1496. La forte résistance opposée par certaines îles, le manque de moyens économiques de la part des conquérants et le manque de richesses des Canaries permettant de motiver les navigateurs européens furent quelques-unes des raisons pour lesquelles cette période de l'histoire des Canaries dura plusieurs décennies. Le Normand Jean de Béthencourt et son partenaire Gadifer de La Salle firent un pacte avec les aborigènes de Lanzarote, appelés majos, peu de temps après leur arrivée sur l'île en 1402. C'est alors que le conquérant demanda la protection de la couronne de Castille, de sorte que l'île demeurât sous sa souveraineté. La même chose se produisit avec Fuerteventura et El Hierro, dont les habitants se rendirent parce que la population avait déjà été durement touchée par des incursions antérieures.