MANUEL MARTÍN GONZÁLEZ - Les artistes - Tenerife

Manuel Martín González

cerrar
Envoyer page par mail
Completa el captcha

Vous pourrez apprécier l'œuvre de l'illustre peintre originaire de Guía de Isora, Manuel Martín González (1905-1988), considéré comme l'un des meilleurs paysagistes canariens, dans la salle-musée située au deuxième étage de la Concejalía de Cultura de Guía de Isora, dans la Calle La Vera. Durant votre visite, vous pourrez admirer une première salle dans laquelle se trouve l'œuvre publicitaire développée durant son séjour à Cuba de 1923 à 1932, tandis que la deuxième salle abrite une importante représentation de son œuvre paysagère. À côté d'elle, divers objets personnels de l'auteur, tels que des notes et des croquis, différents prix reçus, ainsi que des photos et des livres du peintre, sont exposés.

Manuel Martín González fut l'une des figures les plus remarquables de la commune. Né au sein d'une famille humble le 14 juin 1905 à Guía de Isora, il fut l'aîné de 9 frères et sœurs, il apprit à lire dans l'une des rares écoles qui existaient à l'époque, faisant montre de ses dons pour le dessin peu de temps après, lorsqu'il dessinait et peignait encouragé par son maître avec les moyens limités qu'il avait à sa disposition. Il fut formé à Santa Cruz, malgré ses modestes moyens et, à l'âge de 18 ans, il émigra à Cuba (1923-1932), où il passa neuf années de sa vie, y développant surtout des travaux publicitaires grâce à l'expérience acquise au sein de la société Litografía Romero, à Santa Cruz de Tenerife, avant son départ.

Son étape en tant que dessinateur publicitaire à Cuba fut très prolifique : ses clients étaient généralement des entreprises commerciales qui payaient la publicité pour vendre facilement leurs produits, parmi lesquels il convient de mentionner « La Casa Grande », entreprise commerciale qui lui commanda de nombreux travaux. En outre, plusieurs revues lui commandèrent des compositions et il occupa même le poste de directeur artistique de la revue Tierra Canaria, au sein de laquelle son iconographie contenait de nombreuses allusions à son archipel natal. En raison de la dure situation vécue à Cuba suite à la crise de 1929, suivie de la Grande dépression, l'artiste prit la décision de retourner sur son île natale. Il revint accompagné de son épouse et c'est alors que commença la seconde étape de sa carrière, lors de laquelle il fit du paysage insulaire l'unique thème de ses peintures.

Avec le début de sa nouvelle étape dite « paysagère », Martín González décida de parcourir tout l'archipel pour pouvoir mieux transmettre son essence visuelle en étant au plus proche de sa géographie et au moyen d'une identification vitale propre. Son œuvre est principalement associée à la représentation du Teide et de Las Cañadas. Il se consacra à peindre à la demande des institutions ou de clients particuliers, considérant ses tableaux comme étant les fils qu'il n'eut jamais. Il décéda à La Laguna en 1988.

Son œuvre fut acquise par des clients canariens ainsi que par des visiteurs provenant de pays européens, voire même d'Extrême-Orient. On pense qu'il peignit environ 7 000 tableaux. Actuellement, certains d'entre eux se trouvent à Santa Cruz de Tenerife : au sein de l'hôtel Mencey, de la Capitainerie générale, du casino de Santa Cruz de Tenerife et de la basilique de Nuestra Señora de Candelaria. Ce dernier cas est assez insolite. En effet, il est rare de trouver dans un temple des peintures ne contenant pas d'iconographie religieuse. Il s'agit de deux peintures murales se trouvant de part et d'autre de l'entrée, qui représentent les terres telles que les aborigènes les contemplaient lorsque la Vierge leur apparut.