Garachico - Tenerife
  • Garachico

Garachico

​​

Ses rues pavées invitent les visiteurs à explorer le cœur de ce village, ses églises et ses bâtiments historiques. Garachico rompt avec les clichés : qui a dit qu'il est impossible de renaître de ses cendres ? L'éruption du volcan de Trevejo, qui le dévasta presque entièrement en 1706, ne fut qu'un prétexte pour le reconstruire encore plus beau et plus charmant qu'avant.

Garachico est situé au nord-est de l'île de Tenerife, où il occupe 29,28 km2 au sein de la commune d'Icod-Daute-Isla Baja. Plus de la moitié de son territoire est recouvert de pins des Canaries, un paysage volcanique et une ancienne falaise qui sépare le centre historique des zones situées en altitude moyenne. Garachico possède un riche patrimoine architectural datant des XVIe et XVIIe siècles en très bon état de conservation, raison pour laquelle il a été déclaré Bien d'intérêt culturel en 1994. En outre, il possède les titres de Villa (bourg) et de Puerto (port), concédés par le roi Alphonse XIII en 1916. Dans la région côtière de cette commune se trouvent des propriétés étendues consacrées à la culture de la banane, tandis que les zones situées en moyenne altitude sont occupées par des parcelles agricoles consacrées à l'autoconsommation, situées sur de petites propriétés. En outre, il dispose d'un port de plaisance construit récemment à côté du centre historique, qui cohabite avec des plages de galets et de sable noir ainsi que des petites falaises. Il convient de souligner la présence des piscines naturelles d'El Caletón, l'une des zones de baignade les plus populaires, ainsi que l'imposant roque qui se dresse en face de sa côte.

Suite à la conquête de Tenerife, Garachico devint le principal port de pêche et de commerce de l'île jusqu'à sa destruction suite à une éruption volcanique. Cette époque dorée attira de nombreuses familles très influentes, fait qui se reflète dans le tracé de ses rues et l'architecture de ses édifices.

Une promenade dans Garachico signifie jouir de son patrimoine architectural, de sa culture et de son atmosphère calme. Durant les XVIe et XVIIe siècles, Garachico fut le centre commercial et économique de l'île, jusqu'à ce que l'éruption du volcan Trevejo, survenue en 1706, ensevelît l'ancien port sous un torrent de lave. Malgré cela, certains des édifices survivants ont été conservés jusqu'à nos jours. Vous pourrez les découvrir à côté de constructions plus modernes, lors d'une agréable promenade parcourant le centre historique de la commune.

Le point de départ est le couvent de San Francisco, qui date de 1526 et se dresse en face de la Plaza de la Libertad, située en plein centre. Le parcours se poursuit en direction de la Casa de Piedra (Maison en pierre) également connue sous le nom de Casa de los Condes de la Gomera (Maison des comtes de La Gomera) : Bien que l'éruption détruisît la majeure partie de cet édifice, on peut encore admirer sa façade en pierre de taille de style Renaissance. Quelque chose de semblable se produisit avec l'église de Santa Ana, le point suivant du circuit, qui dut être reconstruite après que la lave épargna uniquement ses deux façades en pierre. L'étape suivante consiste à visiter la plaza Juan González de la Torre, le centre-ville durant les XVIe et XVIIe siècles. En face d'elle, se trouve un parc accueillant dans lequel la Puerta de Tierra, qui délimite l'espace entre l'ancien port et la ville, a été conservée jusqu'à nos jours.

En se dirigeant vers la côte, le visiteur découvrira le Château de San Miguel, déclaré Bien d'intérêt culturel. Construit en 1575, il fut victime d'un grand incendie à la fin du XVIIe siècle. Il fut restauré quelques décennies plus tard. À côté du château, se trouvent les piscines naturelles d'El Caletón, qui accompagnent le visiteur durant une partie du circuit jusqu'à la Casa de los Marqueses de la Quinta Roja (Maison des marquis de la Quinta Roja). Cet édifice datant du XVIe siècle possède une cour intérieure entourée de galeries en bois et marque la fin de ce circuit passant par les endroits de Garachico les plus importants d'un point de vue historique.

Les sentiers homologués de la commune

Un sentier de difficulté moyenne-élevée, qui débouche sur le volcan Chinyero, part de Garachico. Ce parcours gravit le chemin d'El Lance jusqu'à San Juan del Reparo, en passant par un paysage spectaculaire de coulées de lave et débouche sur la zone de loisirs d'Arenas Negras. Durant les cinq heures que dure ce circuit de randonnée pédestre, vous pourrez notamment admirer le pin centenaire de Cha Lorenza, des vues sur le Teide et le versant sud du Chinyero depuis un belvédère.

Cela pourrait vous intéresser

Galerie multimédia